Optimiser la gestion de l'eau par le fog computing (informatique géodistribuée)

8 jeunes chercheurs innovent pour la gestion intelligente des réseaux d'eau potable. Formés à la technologie prometteuse du fog computing dans le cadre d’un consortium européen emmené par l'Université de Rennes 1, ils appliquent leurs recherches à des situations concrètes rencontrées par la municipalité de Valence (Espagne). Le 29 sept. 2020, suivez en ligne la présentation des résultats et l'annonce des nouvelles expérimentations.

Illustration fog computing - UR1/Dircom/JLB sur photos stock
  1. à suivre en ligne, le 29 sept. 2020 de 10h à 13h CEST
  2. Du nuage (cloud) au brouillard (fog) : avantages de la proximité
  3. Cas concret : application à la gestion de l'eau de Valence (Espagne)
  4. 29 septembre 2020 : présentation des résultats et nouvelle série d'expérimentations

à suivre en ligne, le 29 sept. 2020 de 10h à 13h CEST

Présentation du projet, nouvelles expérimentations : inscrivez-vous pour suivre l'événement en ligne le 29 septembre 2020, de 10h à 13h CEST (en anglais).

Du nuage (cloud) au brouillard (fog) : avantages de la proximité

Synthèse entre les avantages du "Cloud" (puissance, stockage) et ceux des objets connectés (proximité, applications en temps réel), le fog computing utilise des noeuds locaux de micro-ordinateurs (baptisés "edge") pour étendre puissance et capacité de stockage au plus près de l'utilisateur.
?

L'évolution de l'internet des objets (IoT) engendre en effet un immense volume de données, produites loin des centres de traitement. Ceci augmente la charge des liaisons réseau longue distance et peut nuire à la réactivité des services offerts par l'IoT. Pour contrer cette tendance, l'approche émergente de l'informatique géodistribuée (fog computing) vise à rapprocher le traitement des données des objets de l'IoT et de leurs utilisateurs.

Les géants du secteur investissent massivement dans cette approche dont on attend des retombées majeures dans plusieurs domaines d'application. La valeur générée par le déploiement du fog computing est estimée à 750 milliards de dollars en 2025, avec une croissance de 55% chaque année.

Ces statistiques prometteuses ont incité la Commission européenne à financer en 2017 le projet FogGuru, dans le cadre du programme Horizon 2020. Objectif : monter une formation doctorale appliquée à l'industrie capable de doter l'Europe de la prochaine génération d'experts en fog computing. Ce projet bénéficie du soutien de la plateforme bretonne Projets européens et de l'accompagnement de Sébastien Le Picard, vice-président de l'Université de Rennes 1 en charge des programmes européens.

Cas concret : application à la gestion de l'eau de Valence (Espagne)

Le projet FogGuru implique aujourd'hui huit chercheurs en début de carrière au sein d'un consortium formé par l'Université de Rennes 1 (co-tutelle de l'Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires IRISA) et la Technische Universit?t Berlin, associées à deux PME spécialisées (Elastisys et U-Hopper), à l'Institut Européen d'innovation et de Technologie du numérique (EIT Digital) et au Centre d'innovation de la municipalité de Valence (Las Naves).

Lors des deux dernières années, ces chercheurs doctorants ont con?u et prototypé des plateformes génériques de fog computing et de services associés, capables de répondre à un large éventail d'applications possibles.
?

Deux des jeunes chercheurs travaillant sur un prototype dans le cadre du projet FogGuru

C'est en novembre 2019 que l'occasion d'appliquer leurs recherches à un cas concret s'est présentée. Plus précisément, ils ont été sollicités par Las Naves, le centre d'innovation espagnol partenaire du projet, en association avec EMIVASA, la compagnie des eaux qui gère le réseau de Valence. Cette dernière compagnie a accueilli les chercheurs lors d'une expérimentation d'un an afin qu'ils puissent tester leurs technologies, et en démontrer les bénéfices tant pour les citoyens que pour le tissu socio-économique local.
?

Valence - La Cité des arts et des sciences - © Pikist

Les doctorants se sont attaqués au défi que constitue l'application du fog computing à la gestion intelligente des réseaux d'eau, à l'échelle d'une ville. L'objectif précis est de détecter les consommations anormales qui pourraient s'expliquer par des fuites ou de la fraude éventuelle.

?

"La plus grande satisfaction d'un chercheur est de voir ses travaux déboucher sur une application utile à la société et à l'économie. Il était donc de la plus haute importance que nos doctorants puissent déployer leurs technologies pour démontrer leur utilité face à des problèmes de la vie réelle. Nos partenaires Las Naves et EMIVASA nous ont accordé tout le soutien nécessaire"

souligne Guillaume Pierre, porteur du projet FogGuru, professeur d'informatique à l'Université de Rennes 1 et chercheur à l'IRISA.

29 septembre 2020 : présentation des résultats et nouvelle série d'expérimentations

Le 29 septembre 2020, le projet FogGuru présentera officiellement les résultats de cette expérimentation lors d'un événément gratuit en ligne, ouvert à toute la communauté. Des représentants d'EMIVASA prendront la parole aux c?tés des protagonistes de ces travaux et de Sébastien Le Picard.

"Pour nous, ce programme a fourni une excellente occasion d'expérimenter la contribution du fog computing à l'amélioration de la gestion de nos précieuses ressources en eau"

se félicite Carlos Galiana, en charge de l'innovation au sein du Conseil municipal de Valence, qui supervise le programme "Cycle de l'eau intégral" de la ville.

En outre, l'événement dévoilera une nouvelle série d'expérimentations qui seront lancées en s'appuyant sur les infrastuctures intelligentes de Valence. Ces projets seront conduits en collaboration avec Las Naves et La Marina de Valencia (qui associe les acteurs des quais réservés aux yachts sur le port de plaisance). L'objectif est de proposer un espace de formation au traitement des données issues de l'IoT, tout en aidant La Marina à mesurer et analyser différents paramètres : niveau de la mer, hauteur des vagues dans le port, vitesse du vent et autres données météorologiques.
?

Les protagonistes de la collaboration entre FogGuru et les acteurs de la ville de Valence - © G. Pierre